Joseph Woelfl, une virtuosité brillante et légère

Ami de Mozart, “challenger” de Beethoven, qu’il surpassa en virtuosité, Woelfl a écrit de jolies pages caractéristiques du passage du clavecin au pianoforte, à redécouvrir, car la fortepianiste Laure Colladant en a entrepris l’édition.

Mozart avait 18 ans et, de retour d’un séjour heureux en Italie, il s’apprêtait à reprendre son service détesté de musicien de Hieronymus Colloredo, prince archevêque de Salzbourg, lorsque vint au monde dans la même ville, le 24 décembre 1773, Joseph Woelfl, fils d’un percepteur de la cour archiépiscopale. Les liens de Woelfl avec la famille Mozart seront d’autant plus forts que le jeune garçon, exceptionnellement doué, travaillera avec Léopold Mozart, et qu’en 1790, il se liera d’amitié à Vienne avec l’auteur des Noces de Figaro, amitié trop brève brisée par la mort de Mozart, le 5 décembre 1791.

Pour lire la suite de cet article (557 mots):