Travailler « Jésus, que ma joie demeure »

ll s’agit d’une transcription pour piano du célèbre choral de la cantate de Bach BWV 147 pour chœur et orchestre. « Jésus, que ma joie demeure » est sans doute, malgré sa brièveté, l’une des pièces les plus belles, les plus ferventes et les plus célèbres de toute la musique occidentale. Cette mélodie fut l’objet, du temps même de Bach, de reprises et de transcriptions. Alexandre Sorel nous propose ici de travailler la version réalisée par la pianiste britannique Myra Hess.

Comment parler de ce chef-d’œuvre qui évoque la faiblesse fondamentale de l’homme face à la vie, la fragilité de son bonheur et, pour les croyants comme Jean-Sébastien Bach, la consolation qu’il peut chercher dans la foi ? La version pour piano qu’en réalisa la pianiste britannique Dame Myra Hess est particulièrement émouvante. Si elle a séduit nombre de concertistes qui aiment à la jouer en bis, elle reste accessible au pianiste amateur.

Pour lire la suite de cet article (20 mots):

Lire aussi :
Les transcriptions pour quatre mains
Philippe Cassard : « Certaines transcriptions ont surtout une vocation utilitaire »
Michel Dalberto : « Les pianistes sont des transcripteurs nés »
Shani Diluka : « Transcrire Chopin serait trahir sa musique »
Cyprien Katsaris : « Transcrire n’est pas nécessairement dénaturer »
Pianistes de légende et transcription
Franz Liszt et la transcription
Alexandre Tharaud : « La transcription fait partie intégrante de la vie du concertiste »
Arcadi Volodos, le musicien éclipse le virtuose