Arcadi Volodos, le musicien éclipse le virtuose

Salué comme l’héritier de Cziffra et d’Horowitz dès son apparition sur la scène internationale – mais certains, qui l’avaient entendu en privé, avaient commencé à répandre la nouvelle –, Arcadi Volodos doit en réalité être reconnu comme un immense pianiste aux qualités qui n’appartiennent qu’à lui.

La formation d’Arcadi Volodos n’est pas celle d’un enfant prodige. Né en 1972 au sein d’une famille de chanteurs, il débute la musique à Saint-Pétersbourg dans une école de chant destinée à former des chefs de chœur. Il y pratique la direction, le solfège et… le piano comme instrument complémentaire. A 16 ans, il décide de se consacrer pleinement à l’art du piano. Volodos se souvient de ces années d’apprentissage : « A Moscou, Galina Eguizarowa, mon premier professeur, m’a littéralement sauvé. On me disait qu’il était trop tard pour que je me lance dans des études sérieuses, que je pourrais devenir accordeur, à la rigueur, parce que j’avais une “excellente oreille”. Galina est la première à m’avoir dit : “Tu seras pianiste.”

Pour lire la suite de cet article (1758 mots):

Lire aussi :
Les transcriptions pour quatre mains
Philippe Cassard : « Certaines transcriptions ont surtout une vocation utilitaire »
Michel Dalberto : « Les pianistes sont des transcripteurs nés »
Shani Diluka : « Transcrire Chopin serait trahir sa musique »
Cyprien Katsaris : « Transcrire n’est pas nécessairement dénaturer »
Pianistes de légende et transcription
Franz Liszt et la transcription
Alexandre Tharaud : « La transcription fait partie intégrante de la vie du concertiste »
Travailler « Jésus, que ma joie demeure »