Pianistes de légende et transcription

Nombreux sont les pianistes virtuoses qui s’adonnent au plaisir de la transcription d’opéras, de lieder ou de pièces orchestrales. Désir de briller ? Désir de s’approprier des œuvres que l’on aime ? Que retirent-ils de ce brillant exercice ?

La scène se déroule dans la salle de cours de Brigitte Engerer, au Conservatoire de Paris. Ce jour-là, elle recevait une jeune élève d’un lointain pays. La demoiselle s’installe et joue la transcription par Mikhaïl Pletnev, pianiste et chef d’orchestre russe, de l’Andante maestoso du Casse-Noisette de Tchaïkovski. Magie de la transcription. Cette page célèbre et, disons-le, un peu simplette, dont tout l’attrait réside dans une gamme majeure descendante inlassablement répétée, devient ici beaucoup plus intéressante que dans la version originale pour orchestre. Les formules d’accompagnement de l’original, plutôt académiques, sont transcendées par la réécriture. Ce qui était à la limite de la platitude devient l’occasion de magnifiques gestes d’étincelante virtuosité.

Pour lire la suite de cet article (1712 mots):

Lire aussi :
Les transcriptions pour quatre mains
Philippe Cassard : « Certaines transcriptions ont surtout une vocation utilitaire »
Michel Dalberto : « Les pianistes sont des transcripteurs nés »
Shani Diluka : « Transcrire Chopin serait trahir sa musique »
Cyprien Katsaris : « Transcrire n’est pas nécessairement dénaturer »
Franz Liszt et la transcription
Alexandre Tharaud : « La transcription fait partie intégrante de la vie du concertiste »
Arcadi Volodos, le musicien éclipse le virtuose
Travailler « Jésus, que ma joie demeure »