Du clavecin au piano : Marcelle Meyer

Premier prix du Conservatoire national en 1913, Marcelle Meyer (1897-1958) brûla sa jeunesse pendant les Années folles et accéda à la gloire avant la Seconde Guerre mondiale. Héritière et pionnière, cette « Française par excellence », jugeait finement la presse de l’époque, sut revivifier un répertoire ancien tout en défendant celui d’une avant-garde. Intimement liée aux Ballets russes, au groupe des Six, ainsi qu’à l’Ecole d’Arcueil, actrice des mouvements de retour qui portèrent ses contemporains - Dukas, Debussy, Ravel, Roussel - vers les maîtres classiques, quoique indifférente aux luttes esthétiques, elle propagea Bach, Scarlatti, Rossini, Chabrier et les clavecinistes français aussi bien qu’Albeniz, Espla, Petrassi, Casella, Dallapiccola et Rieti.

Pour lire la suite de cet article (629 mots):

Lire aussi :
Du clavecin au piano : Louis Diémer
Pierre Hantaï : « Le clavecin permet de découvrir des aspects qui échappent au piano moderne »
Alexandre Tharaud : « Il n’y a pas de concurrence entre le clavecin et le piano »
Le pianiste face aux conseils de Couperin
La musique pour clavecin au piano
Travailler les ornements au piano