Alexandre Tharaud : « Il n’y a pas de concurrence entre le clavecin et le piano »

S’il est un pianiste contemporain qui s’est attelé à la question du passage du clavecin au piano, c’est bien Alexandre Tharaud. Nous lui avons demandé son témoignage sur cette musique qu’il interprète de longue date.

Vous avez souvent joué le répertoire du 18e siècle. Peut-on aisément tout transposer au piano ?
Je pense que toute la musique baroque pour clavecin n’est pas adaptée au piano. Chez Couperin, par exemple, certaines pièces sonnent particulièrement bien sur un piano moderne, mais elles sont minoritaires – peut-être une cinquantaine sur les quelque deux cent cinquante qu’il a composées. Le reste perdrait son âme au piano. Et il en va de même pour de nombreuses pièces du temps. En revanche, chez Rameau, le piano convient parfaitement parce qu’il pensait de manière orchestrale.

Pour lire la suite de cet article (1369 mots):