Du clavecin au piano

Du clavecin au piano, l’histoire est longue.

Tout d’abord, de nombreux clavecinistes passèrent assez naturellement au pianoforte, puis au piano, sans se poser de questions existentielles. Pendant des siècles, les petits pianistes ont joué gentiment le Tambourin de Rameau tandis que les Inventions et le Clavier bien tempéré de Bach faisaient le bonheur de leurs parents.
Au début du 20e siècle, de grands artistes comme Louis Diémer puis Marcelle Meyer ont continué la tradition. Mais, dans les cinquante dernières années, le souci de l’authenticité a pris le pas sur le plaisir de l’amateur et les pianistes concertistes se sont interdit, de plus ou moins bon gré, de jouer les œuvres des clavecinistes, voire celles de Bach.
Ce temps a bien changé. Les pianistes ont pris possession de ce patrimoine, mais en essayant de respecter l’esprit des œuvres et de l’époque où elles ont été conçues. Cela veut dire : suivre les conseils des grands clavecinistes, comme Couperin, et jouer les ornements comme il se doit.
Deux interprètes, le claveciniste Pierre Hantaï et le pianiste Alexandre Tharaud, nous donnent leur point de vue sur cette question.

Pour lire la suite de cet article (495 mots):