La résistible ascension des pianos Steinway

Le 19e siècle voit apparaître les grands facteurs de pianos de concert, dominés par le français Erard. Celui-ci perdra finalement son sceptre au profit de Steinway, dont le style sera adopté par la plupart de ses successeurs. Pour le meilleur ?

Derrière une apparente exubérance d’idées et de recherches se cache une articulation précise de l’histoire du piano. Celle-ci pourrait se résumer en trois vagues successives.

Une histoire en trois étapes

La première vague couvre tout le 18e siècle jusqu’en 1820.
L’année 1821 est celle de l’invention du “double échappement” par Sébastien Erard et marque le début de la deuxième vague. Celle-ci parcourt la période romantique, de 1821 à 1850 environ, avec une domination d’Erard et Pleyel en France, de Broadwood en Angleterre, de Streicher, Graf et Bösendorfer dans les pays germaniques et de Chickering aux Etats-Unis, qui dépose un brevet de cadre métallique fondu d’une seule pièce dès 1843.

Pour lire la suite de cet article (3211 mots):