Adrénaline ou trac ? Les solistes et la scène : entretien avec Frédéric Vaysse-Knitter

Quelle importance a la scène pour vous ?
Face au public, on est là pour transmettre et partager, c’est une dynamique qui nous porte. Et puis, il y a ce moment, avant le concert, lorsqu’on attend dans la coulisse que le public s’installe, le moment où la rumeur se calme, où la lumière s’éteint et où l’on entre sur scène. Avant même de commencer à jouer, on est déjà dans un état d’esprit particulier en fonction de la salle, de ce qu’on perçoit du public ; tous ces éléments font que, même si on connaît chaque recoin des œuvres, si on les a décortiquées, il reste une part d’imprévu, mais aussi de liberté et d’improvisation. C’est ce qui fait qu’on ne joue jamais deux fois de la même façon.

Pour lire la suite de cet article (442 mots):

Lire aussi :
Marie-Josèphe Jude : « La liberté vient de la structure »
Les pianistes et la scène
Sodi Braide : « La scène est un lieu privilégié »