Pianiste accompagnateur, un musicien sensible et cultivé

Entretien avec Anne Le Bozec, professeur au Conservatoire de Paris.

Pour Anne Le Bozec, la formation à l’accompagnement n’est pas uniquement une spécialisation des études pianistiques, mais permet, bien au-delà, de « cultiver une multiplicité de compétences : la pratique de l’accompagnement amène un enrichissement et un épanouissement de la personnalité artistique ».

Comment s’organisent les études d’accompagnement au Conservatoire de Paris ?
Un peu d’histoire : la classe-mère de notre cursus fut celle de Nadia Boulanger, un temple de culture musicale connu dans le monde entier et fréquenté par nombre d’artistes qui ont par la suite marqué leur temps et notre propre écoute de la musique. Elle fut dans les années 70 divisée en trois classes qui demeurent nos masters actuels : direction de chant d’opéra (Erika Guiomar), accompagnement au piano (Jean-Frédéric Neuburger) et accompagnement vocal-lied et oratorio, que je dirige avec le pianiste Emmanuel Olivier. La formation s’est considérablement étoffée récemment grâce à une réinvention collégiale du cursus, très encouragée par Bruno Mantovani, actuel directeur du Conservatoire ; les trois classes “historiques” se sont vu adjoindre un cursus d’accompagnement chorégraphique et, en amont, une indispensable licence générale d’accompagnement.

Pour lire la suite de cet article (2532 mots):