Piotr Anderszewski : « Je suis quelqu’un d’assez solitaire »

Nous avons rencontré Piotr Anderszewski à son domicile de Saint-Germain-des-Prés pour une ultime interview avant son congé sabbatique. Le pianiste polonais nous a raconté son parcours – dans un français impeccable –, autour d’un thé et de pâtisseries japonaises fraîchement venues d’Osaka. Entretien avec un artiste cosmopolite et passionné.

Sur votre site Internet, on apprend que vous prenez une année sabbatique… pourquoi cette coupure ?
J’ai décidé cela pour beaucoup de raisons. J’ai besoin de temps pour pouvoir me poser les bonnes questions. Je ne pense pas remonter sur scène avant au moins novembre 2012… La vie de pianiste, c’est bien sûr une passion tout d’abord, mais aussi un métier. On subit une énorme pression, on doit être efficace, productif. Je prends très souvent des engagements deux ans à l’avance et c’est un mode de vie que je trouve de plus en plus difficile. Quelle place reste-t-il pour un vrai travail créatif, artistique ?

Pour lire la suite de cet article (3224 mots):

Lire aussi :
Piotr Anderszewski, l’art d’un “voyageur intranquille”